Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 octobre 2016 3 12 /10 /octobre /2016 15:06
  • Auteur : Victoria Aveyard
  • Editeur : Le livre de poche
  • Collection : Le livre de poche jeunesse
 
 
Description de l'ouvrage :
 
Mare Barrow, dix-sept ans, tente de survivre dans une société qui la traite comme une moins que rien. Quand elle s'avère détenir des pouvoirs magiques dont elle ignorait l'existence, sa vie change du tout au tout. Enfermée dans le palais de la famille royale, promise à un prince, elle va devoir apprendre à déjouer les intrigues de la cour, à maîtriser un pouvoir qui la dépasse, et à reconnaître ses ennemis.
 
C.f : Amazon.fr
Merci aux éditions Hachette et du Livre de Poche pour cet envoi.
 
 
 
Mon avis :
 
Red Queen est une dystopie différentes des autres car, pour moi, c’est plus de la fantasy qu’autre chose. Ce qui rend cette trilogie (ici le tome 1) différents d’autres ouvrages de la sorte, c’est le côté fantasy et surtout la complexité du monde et sa foule de détails qui font que Red Queen vaut que l’on prenne le temps de lire 444 pages. La complexité est une force face au trop rare développement des univers des auteurs dans leurs trilogies. J’ai aimé l’originalité du roman basé sur la couleur du sang : les Rouges, sans pouvoirs, asservis et envoyés à la guerre et les Argents, contrôlant tout, munis de pouvoirs divers, opprimant les Rouges dans ce royaume où le couple royal se révèle être pervers et cruel.
 
Le choix de l’héroïne est judicieux. En effet, Mare est vive, intelligente, attachante et débrouillarde ; elle s’adapte à toutes les situations. Comme toute est détaillé, l’action du roman est crédible et les nombreux rebondissements s’enchainent avec fluidité.
 
Ce qui m’a le plus plu, c’est d’essayer d’envisager qui était sincère ou non et de voir que l’histoire est loin d’être aussi prévisible qu’au départ.
 
Ce premier tome permet la découverte de la vie à la cour des Argents et ses méandres afin de bien planter le décor pour les deux autres volumes. J’ai hâte de plonger dans la suite de cette trilogie incroyable et d’une complexité extrêmement intéressante. Vivement la suite !
Red Queen tome 1
Repost 0
3 juillet 2016 7 03 /07 /juillet /2016 14:47
Repost 0
10 mai 2016 2 10 /05 /mai /2016 12:22
  • Auteur : Amy Engel
  • Editeur : Lumen
 
 
Description de l'ouvrage :
 
Au nom de quoi seriez-vous prêt à tuer ? À la suite d'une guerre nucléaire dévastatrice, la population des États-Unis s'est retrouvée décimée. Un groupe de survivants a fini par se former, mais en son sein s'est joué une lutte de pouvoir entre deux familles pour la présidence de la petite nation. Les Westfall ont perdu. Cinquante ans plus tard, les fils et les filles des adversaires d'autrefois sont contraints de s'épouser, chaque année, dans une cérémonie censée assurer l'unité du peuple. Cette année, mon tour est venu. Je m'appelle Ivy Westfall, et je n'ai qu'une seule et unique mission dans la vie : tuer le fils du président que je suis destinée à épouser. L'objectif, c'est la révolution, et le retour au pouvoir des miens. Peu importe qu'un cœur de chair et de sang batte dans sa poitrine, peu importe qu'un innocent soit sacrifié pour des raisons politiques. Peu importe qu'en apprenant à le connaître, je fasse une rencontre qui change ma vie. Mon destin est scellé depuis l'enfance. Bishop doit mourir. Et je serai celle qui le tuera. Née pour trahir et faite pour tuer... Sera-t-elle à la hauteur ? Book of Ivy est le premier roman d'Amy Engel, à la fois suspense insoutenable, dystopie cruelle et histoire d'amour torturée.
 
 
C.f : Amazon.fr
 
 
Mon avis :
 
 

Ivy, comme toutes les filles de 16 ans, peut potentiellement se marier. Si à 17 ans, elles ne sont pas mariées alors elles ne le seront jamais. De plus, filles et garçons ne choisissent pas leur partenaire. Ivy, en tant que fille et petite-fille du fondateur de la ville sait qui elle va épouser : Bishop, le fils du président. Et sa mission est de le tuer afin que son père prenne le pouvoir et abroge l’idée des mariages arrangés.

 

Malgré un départ un peu lent, la découverte de Bishop au fur et à mesure des semaines est vraiment intéressante. Le lecteur découvre Ivy et, en même temps qu’elle, son mari. On suit ses doutes, ses angoisses bref son évolution psychologique. La découverte d’elle-même de ses envies, de ses doutes, de son « soi » va la faire réfléchir sur sa situation et évoluer. C’est cette évolution qui m’a le plus intéressée car Ivy est un personnage complexe qui comprend, au fur et à mesure, les mensonges bâtis autour d’elle.

 

Ce que j’ai aimé dans ce énième roman dystopique, c’est que l’univers « apocalyptique » est mis de côté et l’accent est plus mis sur la personnalité d’Ivy.

Ivy parait simple, facile à deviner car elle a toujours suivi les paroles de son père et de sa sœur qui l’ont, sa vie durant, manipulée. Pourtant, au fil de la lecture et de sa vie commune avec Bishop, elle va commencer à s’interroger, à s’ouvrir et comprendre que tout n’est pas aussi simple qu’il n’y parait. Bien entendu, l’amour va jouer un rôle crucial. C’est véritablement Ivy et son duo avec Bishop qui m’ont tenue en haleine car sinon l’intrigue en elle-même n’est pas passionnante voire un peu simpliste. J’ai vite compris qu’au-delà du désir de pouvoir se cachait autre chose.

The book of Ivy
Repost 0
25 février 2016 4 25 /02 /février /2016 13:27
  • Auteur : James Frey & Nils Johnson-Shelton
  • Editeur : Gallimard Jeunesse
  • Collection : Grand format littérature - Romans Ado
 
 
Description de l'ouvrage :
 
Il reste neuf joueurs et les règles ont changé. La première clé a été trouvée et le chaos est déclenché. Partout, manifestations pacifiques ou guerres civiles agitent les populations, les médias se déchaînent... Et les Joueurs continuent de Jouer. Jouer, agir, se battre, c'est aussi s'oublier... Tandis que les neuf jeunes héros sillonnent furieusement le globe à la recherche de la deuxième clé, la révolte germe dans leurs esprits.
 
 
C.f : Amazon.fr
Merci aux éditions Gallimard pour cet envoi !
 
 
Mon avis :
 
Si vous avez lu ma chronique du tome 1, vous savez sans doute l'attachement particulier que j'ai avec cette série. De plus, en attendant le tome 2, j'ai lu les histoires individuelles des joueurs sorties en format numérique uniquement. Bref, c'est avec impatience que j'attendais cette suite et cette attente a été récompensée.
 
Le tome 1 finissait avec la découverte de la clé de la terre. Le tome 2 est consacrée à la clé du ciel. Ce qui distingue les deux tomes, c'est que dans celui-ci, ce n'est pas tant la quête de la clé que les stratégies mises en place par les joueurs restant en vie. Bien sûr, la quête est essentielle mais les quêtes individuelles parallèles le sont tout autant et rien n'est laissé au hasard. Le puzzle se met peu à peu en place sous le regard fasciné du lecteur.
Si la folie, la cruauté et la stratégie ont toujours la part belle dans ce volume, le côté mystique prend lui de plus en plus de place.
 
Les aventures des joueurs sont de nouveau résolument taillées à la hache par l'auteur. J'ai été une nouvelle fois fascinée par ces chapitres courts que j'ai dévorés avec passion. Le "jeu" me prend même si je me refuse à éprouver plus de sympathie pour tel ou tel joueur car je sais qu'ils sont tous à la merci de James Frey.
 
De nouveau, le mélange de mystique, de traditions anciennes et vieilles civilisations m'ont enchantée. J'ai vraiment très hâte de découvrir la suite.
Endgame T02 : La clé du ciel
Repost 0
9 septembre 2015 3 09 /09 /septembre /2015 10:44
Auteur : Gabrielle Massat
Editeur : Hachette Romans
Collection : Aventure
 
 
Présentation de l'ouvrage :
 
C’est au XXIIe siècle que la Cité a été frappée par un virus mortel. Depuis lors, les habitants vivent emmurés pour endiguer le fléau. Des messages de l’Extérieur, relayés par le gouvernement militaire, promettent une libération qui ne vient pas. Maïa, sous-lieutenant de 17 ans, rêve de quitter sa ville natale et cherche une faille dans les murs de la Cité. Mais un jour, son mentor Dimitri est condamné pour trahison par sa faute. La nécessité de s’échapper devient alors beaucoup plus urgente. Elle n’a qu’une seule piste : retrouver la trace du mystérieux « Enfant Papillon », seul habitant de la Cité à avoir jamais franchi le mur. Elle va pouvoir compter sur l’aide de Zéphyr, un tueur à gages atrocement défiguré, et Nathanael, un individu contaminé par le virus.
 
Cf : Amazon.fr
Merci aux éditions Hachette pour cet envoi
 
 
Mon avis :
 
Cette dystopie est réellement saisissante ! Là où le lecteur pourrait trouver qu'il y a trop de personnages, l'auteur tisse des liens entre eux qui fait que vous ne pourrez pas reposer ce livre.
 
L'auteur organise extrêmement bien son récit avec une plume d'une excellente qualité qui envoûte, avec une très grande facilité, pour un monde unique où des personnages aux passés troubles se croisent. L'héroïne, Maïa, est courageuse et la suivre n'est pas de tout repos mais c'est ce qui m'a le plus enchantée.
 
J'ai vraiment beaucoup aimé cette dystopie atypique, à la construction très intelligente et dont le périple des personnages ne m'a pas laissée indemne. Cette histoire est incroyablement fascinante et je ne peux que vous la recommander si vous aimez la science-fiction et la dystopie.
L'enfant papillon
Repost 0
21 août 2014 4 21 /08 /août /2014 18:37
Auteur : Ann AGUIRRE
Broché : 384 pages
Editeur : Hachette Black Moon (3 janvier 2014)
Collection : Black Moon
 
 
 
Description de l'ouvrage :
 
"Salvation est assiégée par les Monstres. La situation semble sans espoir. Les Monstres se sont organisés. Ils organisent des patrouilles, tendent des embuscades, attaquent les campements des hommes qui ont oublié comment se battre. Trèfle, parvenue à leur échapper avec Del, Bandit et Tegan, est leur seul espoir. Elle n’a qu’une certitude : elle est née pour se battre. Et si elle doit mourir, ce sera au côté de Del, et les armes à la main. "
 
Cf : Amazon.fr
 
 
Mon avis :
 
J'ai enfin pris mon courage à deux mains et fini cette saga que j'ai adoré. Je ne pouvais imaginer meilleure fin que celle-ci pour Trèfle, Del et tous les autres croisés tout au long du périple.
Pourtant, rien n'est facile après l'attaque des mutants à Salvation mais Trèfle ne baisse pas les bras et croit toujours en cet amour que sa nouvelle famille lui offre. C'est avec force, volonté et courage qu'elle refuse de faire la politique de l'autruche et qu'elle décide de lever une armée afin de se battre contre les monstres pour enfin vivre paisiblement. En effet, elle semble être l'une des rares à avoir compris qu'il n'y aura pas de repos tant que les monstres rôderont autour des implantations humaines. Cependant, au-delà du sang, des combats, ce sont bien les quêtes de la paix et de l'amour qui animent Trèfle dans ce dernier volume riche en émotions.
La Horde (Enclave #3)
Repost 0
1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 16:44
  • Auteur : Piers Torday
  • Poche: 352 pages
  • Editeur : Hachette Romans (2 juillet 2014)
  • Collection : Aventure
 
 
Présentation de l'ouvrage :
 
"Les animaux ont disparus. Ils ont été exterminés. Kester Jaynes, 12 ans, a lui aussi parfois l’impression d’avoir été rayé de la carte. Son père l’a déposé dans un institut pour enfants difficiles et semble l’y avoir oublié. Et chaque jour, on lui répète qu’il y a quelque chose qui cloche, chez lui. Alors quand un cafard autoritaire et une bande de pigeons se mettent à lui parler, Kester pense qu'il est en effet bon pour l'asile. Sauf que le cafard et les pigeons ne sont pas un délire de son imagination. Pas plus que l’endroit où il rencontre tous les animaux qui ont survécu au massacre. Ni même le fait que, d’après un vieux cerf, Kester est leur dernier espoir. Commence alors un long voyage : le garçon, le cerf et un louveteau survolté seront bientôt rejoints par Polly, une petite fille entêtée qui vit seule avec son chat…"
 
Cf : Amazon.fr
Merci aux éditions Hachette pour cet envoi !
 
 
 
Mon avis :
 
Le monde dans lequel vit Kester est dépourvu d'animaux tous emportés par la mystérieuse maladie de l'oeil rouge ou abattus par les hommes qui ont peur de cette maladie. Ces derniers vivent regroupés dans les villes croyant qu'ils peuvent être contaminés par les animaux et suivent ainsi aveuglement les dires du gouvernement. Kester, lui, ne parle plus suite à un traumatisme et vit à Spectrum Hall, un établissement semblable à une prison pour adolescents spéciaux. Cependant, le lecteur découvre vite qu'il est unique car il peut parler, par la pensée, aux animaux. Grâce à un cafard, il va s'enfuir mais devient également l'unique espoir des derniers animaux vivants.
 
Ce roman est sans aucun doute possible une fable voire un conte écologique où le lecteur doit faire face à un univers bien défini où les véritables héros faisant avancer l'intrigue sont les animaux. Ce sont eux qui sont au coeur du roman, humanisés, faisant preuve de générosité, de méfiance, d'empathie, de bienveillance, sentiments ayant quittés les humains ignorants, murés dans leur peur. Ils sont chacun à leur façon intéressants, étranges avec leurs qualités et leurs défauts. Le cerf personnifie la sagesse tandis que le louveteau est l'intrépidité.
 
Kester a une voix unique et propre malgré son mutisme : celle-ci est émouvante, drôle et sincère. Le lecteur s'attachera facilement à lui car il est plongé dans une aventure dont la grandeur et la portée le dépasse à l'instar des enfants aujourd'hui : "que puis-je faire pour la planète ?".
 
Roman assez contemplatif faisant penser au Combat d'hiver ou au célèbre L'enfant océan de Jean-Claude Mourlevat, l'écriture, et par extension la lecture, peuvent s'avérer complexes et exigeants. Néanmois, l'intrigue est relativement simple avec des méchants assez caricaturaux et des résolutions de problèmes assez faciles. En somme l'écriture assez jeunesse contraste avec l'histoire mature qui est narrée.
 
Mélange d'aventures, science-fiction (voire dystopie), cause environnementale et bravoure, ce roman original ne vous laissera pas insensible.

 

 

Sauvages #1
Repost 0
14 avril 2014 1 14 /04 /avril /2014 12:04
  • Auteur : Veronica Roth
  • Broché
  • Editeur : NATHAN (15 mai 2014)
  • Collection : GF DIVERGENTE
 
Merci aux éditions Nathan jeunesse pour ce livre !!
 
 
Description de l’ouvrage :
 
Tris et ses alliés ont réussi à renverser les Érudits. Les sans-faction mettent alors en place une dictature, imposant à tous la disparition des factions. Plutôt que de se plier à ce nouveau pouvoir totalitaire, Tris, Tobias et leurs amis choisissent de s'échapper. Le monde qu'ils découvrent au-delà de la Clôture ne correspond en rien à ce qu'on leur a dit. Ils apprennent ainsi que leur ville, Chicago, fait partie d'une expérience censée sauver l'humanité contre sa propre dégénérescence. Mais l'humanité peut-elle être sauvée contre elle-même ?
 
Cf : Amazon.fr
 
 
 
Mon avis :
 
Cette fin très attendue de la trilogie de Veronica Roth est loin d’avoir fait l’unanimité. Pour ma part, j’avais moins apprécié le tome 2 que j’avais trouvé brouillon avec une débauche d’énergie désordonnée mais avec tout de même des points clés forts dans l’avancée du récit.
 
Ce dernier tome est exactement ce que j’attendais : moins de flux nerveux, moins d’énergie mais plus d’analyses ce qui est normal dans une dystopie où la société a brutalement changé et j’attendais de savoir pourquoi. Mes questions ont enfin trouvé leurs réponses.
 
J’ai aimé ce questionnement, le dé-zoomage qui m’a fait voir le puzzle dans son ensemble.
 
Concernant l’action finale, elle me parait logique et très bien pensée. Je n’aurais pas imaginé une meilleure fin. Un grand bravo à l’auteur qui a admirablement conduit sa trilogie entre action et réflexion sur notre société car c’est ce que j’aime dans ce genre de science-fiction : le questionnement sur notre société actuelle via le prisme d’une société post-apocalyptique. Néanmoins, Veronica Roth nous montre bien que, malgré les tentatives diverses pour effacer des pans de l'Histoire, tout finit toujours par se savoir et que l'esprit humain est plus fort que la volonté de nuire ou de cacher des faits. La liberté de l'esprit et la volonté de vérité sont plus fortes que tout.
 
Divergente 3
Repost 0
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 16:11
  • Auteur : Ann Aguirre
  • Broché: 336 pages
  • Editeur : Hachette Black Moon (29 mai 2013)
  • Collection : Black Moon
 
Description de l'ouvrage :
 
La guerre. Les épidémies. En un mot : l’apocalypse. La surface de la terre est devenue inhabitable. Les rares survivants se sont réfugiés dans le monde d’En-Dessous, à l’abri d’enclaves souterraines reliées par des tunnels. Trèfle a toujours connu la loi de l’enclave. Elle y a toujours obéi sans discuter. Elle est devenue Chasseuse. Le rêve de sa vie. Avec Del, son coéquipier, elle se voit investie d’une nouvelle mission : protéger l’enclave de la menace constante des Monstres anthropophages qui errent En-Dessous. Mais si Trèfle est docile, elle n’est pas aveugle. Et le courage qu’elle mettait au service de la loi qui régit la vie dans son enclave va l’entraîner à se rebeller. Car au nom de cette loi, les Anciens condamnent des innocents. Après le massacre d’une enclave voisine, Trèfle fait une découverte qui lui glace le sang : les Monstres sont devenus intelligents. Pourtant, les Anciens ignorent ses avertissements. Pire, pour la faire taire, ils s’en prennent à l’un de ses amis. Trèfle n’y tient plus. Elle prend sa défense. Mais en se dénonçant pour un crime que personne n’a commis, elle est bannie avec Del. Cet exil vaut une condamnation à mort. Malgré cela, Del va lui apprendre que les mensonges des Anciens vont encore plus loin que ce qu’elle croyait, et que l’espoir brille peut-être au bout du tunnel…
 
Cf : Amazon.fr
 
 
Mon avis :
 
Du renouveau dans le monde de la dystopie ! Enfin !! Dans ce monde, seul la loi du plus fort domine.
 
D'un côté, nous avons la description relativement angoissante du monde souterrain. De cette partie du roman, vous repartirez en regardant différement vos stations de métro. L'angoisse et le danger sont présents à chaque page. On sent que la vie ne tient qu'à un fil ténu à cause des monstres rodant partout et se nourrissant de chaire fraîche.
Pourtant, dans ce noir, des hommes et des femmes vivent en société dans leurs enclaves. La division de la société est ainsi faite ; soit vous êtes chasseur, géniteur ou ouvrier. Point.
Trèfle est née ici. Elle est chasseuse et a pour coéquipier Del qui a été retrouvé, enfant, errant dans les tunnels après avoir vécu en haut.
 
De l'autre côté, nous avons le haut, la terre ferme, bref la surface de la Terre que les habitants du sous sol pensent poluée et invivable. Cette surface est autant menaçante que les souterrains. La découverte de ce monde pour Trèfle est bouleversante : elle ressemble à un enfant qui apprend de nouvelles choses à chaque instant. C'est par son regard que nous avons découvert les tunnels et maintenant, New York et le monde environnant post apocalyptique. Le choix de ce personnage est essentiel car elle découvre en même temps que nous ce qu'est devenu le monde.
 
Ce que j'ai particulièrement aimé dans ce roamn dysptopique c'est que l'histoire entre Trèfle et Del ne prend pas le pas sur le monde post-apocalyptique décrit. Le monde (l'atmosphère, les descriptions) est un personnage à lui tout seul. De plus, les zombies, humains victimes des changements de la planète, apportent une touche de danger supplémentaire essentiel au roman et à ce renouveau de ce genre qui commence à être "trop" utilisé.
 
La plume d'Ann Aguirre est vive, tranchante et extrêment agréable à lire. Ses descriptions sont excellentes allant jusqu'à faire de l'atmosphère un personnage à part entière. Bravo à Charlotte Faraday pour la traduction.

 

 

Enclave, tome 1
Repost 0
Published by Melainebooks - dans Romans adolescents Dystopie
commenter cet article
3 septembre 2013 2 03 /09 /septembre /2013 14:55

Une planète dans la tête de Sally GARDNER

 

Service presse partenariat Gallimard « On lit plus fort ».

 

 

Présentation de l’éditeur :

 

« Je me demande si…

Si le ballon de foot n’était pas passé par dessus le mur.

Si Hector n’était pas allé le chercher.

S’il n’avait pas gardé l’abominable secret pour lui.

Si…

Alors, je me raconterais sans doute une autre histoire.

Voyez-vous, les « si » sont comme des étoiles, innombrables. »

 

Depuis que ses parents ont du fuir la répression d’un gouvernement brutal, Standish vit avec son grand-père dans la « zone 7 », celle des impurs, privés de tout, surveillés en permanence… Dyslexique, il subit à l’école brimades et humiliations jusqu’au jour où il se lie d’amitié avec son nouveau voisin, Hector. Ensemble, ils rêvent de s’évader sur Juniper, la planète qu’ils ont inventée. Mais Hector et ses parents disparaissent sans laisser de trace… Ont-ils été supprimés ?

 

 

Mon avis :

 

Depuis les Hunger Games, les étales des libraires et des bibliothèques regorgent du genre dystopique et pourtant, même si la couverture et le synopsis font penser à ce genre, je ne dirai pas que ce roman relève de ce genre. Pour moi, c’est de la science-fiction flirtant avec la dystopie ET l’uchronie. Pourquoi ? Nous sommes dans le passé (1959) dans un pays non identifié mais l’homme va marcher sur la lune et on retrouve les militaires vus durant la Seconde Guerre Mondiale côté Reich donc une société totalitaire où le fascisme existe encore ce qui donne un côté rétro futuriste au récit.

Sally Gardner s’amuse donc à manipuler l’Histoire en y faisant de très nombreuses références. Elle a donc pour vocation, avec son roman, de nous faire réfléchir sur notre société. En effet, les parents de Standish puis Hector et sa famille disparaissent ; la dictature et l’embrigadement règnent à l’école, les militaires patrouilles dans les rues ; il y a un couvre-feu et la population meure de faim dans la zone 7, celle des impurs. Cela m’a fait penser aux ghettos des Juifs de triste réputation. La lune est le symbole de la lutte entre les puissances planétaires. Elle est synonyme de force : la conquérir c’est asseoir sa suprématie sur les autres.

Concernant le personnage principal, Standish s’exprime avec des mots simples mais percutants car choisis ce qui donne de l’ampleur à ses propos. Les mots simples sont ceux qui frappent le plus fort et le plus durablement l'esprit. Néanmoins, les descriptions sont rares et les chapitres sont courts (de quelques lignes à 4 pages maximum) ce qui laisse une grande place à l’imagination des lecteurs !!

 

Au-delà de l’histoire en elle-même, Standish est le porte-parole des enfants dylexiques. Il est rejetté par ses camarades car, à 14 ans, il ne sait toujours pas lire et écrire. Il est rejeté pour sa différence, déconsidéré par son professeur et relégué au fond de la classe. Pourtant, il est celui qui rêve, qui écoute attentivement les autres et possède un vocabulaire plus étendu que les autres enfants de son âge. C'est donc un message de combat pour la différence que nous propose l'auteur (elle-même dyslexique).

 

Ce livre d’apparence simple est en fait dur, très dur à cause de la violence ambiante et éprouvant : l’horreur se dévoile petit à petit. Les chapitres courts, percutant avec un style sensible, touchant et fort. La construction du roman se met en place petit à petit et la réflexion qui en naît met en lumière la puissance du message véhiculé. Sally Gardner focalise son roman sur la fureur de la jeunesse, le combat pour l’égalité, la différence. La force de Standish réside dans son imagination qui ne peut être contrôlé par la Patrie : c’est par l’imagination que naît l’espoir et donc la force de lutter contre le totalitarisme de la société dans laquelle l’on peut vivre. Le message du roman est universel.

 

C’est un livre qui ne laisse pas indifférent ; il véhicule un message d’amour à la famille, à l’amitié et derrière la noirceur se cache la tolérance et l’espoir.

 

Merci aux éditions Gallimard pour l’envoi de cette épreuve non corrigée qui paraîtra en librairie le 26 septembre.

 

 

Une planète dans la tête
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Mélaine
  • Le blog de Mélaine
  • : Me Mélaine My Books
  • Contact

Emmanuel Dahl

The Classic Club

Ce club était tenu à la base par Jillian. La page n'existe plus mais je tiens tout de même à poursuivre ce challenge !!